ACTUS

20/03/2018
Igor Sijsling (finaliste) et Antoine Hoang (vainqueur)

Toutes les victoires ont une histoire. Cette année, l'histoire aura été riche une fois encore. Antoine Hoang tête de série 1 du tournoi, invité par l'organisation du tournoi a inscrit dimanche, son nom au palmarès déjà bien fourni de l'Open Masculin 86.

 

C'est la première fois qu'une Wild-card remporte le tournoi. Ça n'était jamais arrivé auparavant. Antoine Hoang pourra au moins avoir cette particularité. Même si, Antoine Hoang a bien plus que cette particularité.


Mal mené, le Français a du s'employer pour finalement pouvoir soulever le plateau du vainqueur. Il faut dire que son adversaire du jour ne l'a pas aidé, c'est le moins qu'on puisse dire. Igor Sijsling ex 52e joueur mondial a rappelé au bon souvenir des spectateurs présents, qu'il n'avait pas perdu ce qui avait fait de lui un membre du top 100. Son service surpuissant en a agassé plus d'un durant toute la durée du tournoi. Malheureusement pour lui, les courses vers l'avant l'ont empêché de bien défendre ses chances durant le début du premier set. Mais cela ne l'a pas pour autant empêché de remporte le set.

 

Le deuxième aura été à sens unique. Antoine Hoang a retrouvé de sa superbe. Les schémas de jeu qu'il avait si bien réussi tout au long de la semaine sont revenus comme par magie. Et la magie a opéré.

 

En vieux briscard, Sijsling ne s'est pas affolé plus que de mesure. Il a très vite repris les choses en main en menant 4-1 dans la 3e et dernière manche. Beaucoup dans le public ont alors douté de voir le joueur Français remporter le tournoi. Mais Hoang n'avait pas dit son dernier mot, et il s'est accroché. Il est parvenu à revenir au score pour finalement l'emporter.

 

Lui qui avait un pied dans le précipise en quart de finale, est à présent le grand vainqueur du tournoi. Le titre d'Hoang ne tient qu'à très peu de chose. Une blessure du poitevin Jean-Jacques Rakotohasy qui ne peut finalement pas disputer le tournoi et permet à Antoine Hoang d'avoir sa wild-card. Sans quoi, il n'aurait pas pu participer.

 

Il y a des histoire comme ça, qui se jouent à rien. C'était celle d'Antoine Hoang cette semaine...